Maintenant que j’ai été la plus positive du monde quant à mon séjour à Cuba, Je vais maintenant dépeindre le côté sombre de Cuba qui m’a fait arrêter mon voyage plus tôt que prévu : Les Cubains (Los gente dos Cuba).

En allant à Cuba, je me suis dit : Je ne voyage pas dans un pays pour être dans des resorts loin des réalités. Je veux être proche des réalités cubaines surtout qu’ils ont un héritage culturel africain bien conservé. Et bien, j’en ai pris pour mon grade.

Arrivée

Descente d’avion, Douane, Nous voilà en train d’attendre les bagages. J’ai cru que j’allais tomber en syncope : 2h30 d’attente dans une chaleur excessive, avec très peu d’aération et sans que personne ne nous dise quoi que ce soit. Bienvenido en Cuba !

Direction ma casa particulare près du Prado dans le vieux havane (Habana Vieja). Bien accueillie+recherche d’un endroit pour manger le soir. La propriétaire de la casa particulare me conduit vers un restaurant « pas cher »  où je finis par payer 11 € au lieu de 6,95€ parce que j’avais demandé un remplacement de la patate douce de mon plat avec de la banane plantain et que la barquette dans  laquelle la nourriture à emporter était mise m’était aussi facturée : je me dis que demain sera un nouveau jour. Je  dors avec l’impatience de visiter la Havane.

Jour 1

Après mon petit déjeuner dont je retiens l’excellent jus de mangue, Je sors dans le vieux Havana pour explorer. Je comprends très vite que l’anglais ou tout autre langage différent de l’espagnol ne marchera pas à Cuba.

IMG_1777

Flânerie, Flânerie et là je tombe sur un couple cubain qui me voit prendre une photo du musée des Beaux-Arts de la Havane et me dit que je ressemble à une Cubaine.  Discussion engagée entre mes origines, mon amour pour la salsa et eux, qui veulent me montrer des endroits dans le vieux Havane. Ils me montrent 2, 3 bâtiments  avec une petite histoire et me conduisent dans une sorte de brasserie /Buvette. Ils m’expliquent qu’un groupe très connu doit jouer dans quelques minutes mais qu’il est obligatoire de consommer. Ok, je commande un jus d’ananas naturel à 3 CUC (environ 3€ que je trouve cher) et les deux commandent chacun un cocktail sophistiqué  à 8 CUC l’unité. Le groupe performe magnifiquement bien, on danse et on danse. Mais oups, je dois partir. L’addition arrive, mes deux « amis » cubains font fi de ne pas voir la note. Je la règle. J’essaie de me séparer d’eux mais ils me suivent et ne me lâchent plus en ne cessant pas de me dire qu’ils veulent me faire voir un endroit où je pourrais acheter des cigares à bon prix. J’ai dû montrer mon agacement afin qu’ils me laissent tranquille et s’en aillent.

IMG_1791

Le Musée des Beaux-Arts de la Havane

 

IMG_1807

La Banque Centrale Cubaine

IMG_1790

 

IMG_1806

IMG_1819

 

Ouf, marchons sur la Promenade de front de mer pour prendre un peu l’air! J’aperçois deux musiciens d’un certain âge, l’air humble, qui jouent de la musique magnifique avec un saxophone et une guitare. Je leur donne donc 1 CUC (environ 1€) pour l’encouragement. Ils me demandent ce que je souhaiterais qu’il joue comme autre chanson (en remerciement, je me dis). Naïvement, je leur dis « la Vida es un Carnaval » de Celia Cruz. A la fin de la chanson, je les remercie et part. Là, l’un d’entre eux me suit sur 300 mètres pour me demander plus d’argent. Je n’en peux tellement plus que je lui donne rapidement 1 autre € et pars me sentant un peu trahie.

Plus loin un autre homme va me suivre pendant 2h parce que je demandais un endroit pas cher où mangent les locaux. Il insiste pour m’accompagner jusqu’au restau et pas juste me montrer comme je lui demandais. Je suis étonnée qu’il ne veuille rien prendre au restaurant. Il m’explique ensuite plusieurs choses sur Cuba et me montre des rues intéressantes dans le vieux Havana “Havana Vieja”. Je me dis enfin quelqu’un de bien, que neni. Il finit par me demander si je veux « un ami Cubain ». Bref, je réussis à lui dire aurevoir. A propos, le « restaurant » m’a coûté quasiment 10 € donc toujours aussi cher.

IMG_1848

IMG_1853   IMG_1860

IMG_1899

IMG_1799

N’ayant rien trouvé comme endroit où manger pas cher à Cuba, je retourne le soir au restau dans lequel j’étais la veille avec mon hôte. Quelle ne fut pas ma surprise quand le menu qui m’ait apporté comporte des prix qui font 3 fois ceux de la veille. Je m’en plains au responsable qui me donne finalement le menu de la veille.

Donc sachez qu’à Cuba, il y a 2 voire 3 menus avec des prix différents pour les mêmes plats et qui sont octroyés selon la tête du client.

 

Jour 2

Après une visite de la ville en bus “Up-on Up-off”, je réussis enfin à trouver un petit endroit dans lequel les cubains s’arrêtent acheter des pizzas cubaines. La vendeuse me dit que cela coûte “2” comme affichés. Je lui tends donc 5 CUC (environ 5€) pour  lui acheter une pizza et pendant qu’elle me rend 3 CUC , un homme cubain vient s’interposer en me disant que ce n’est pas 2 CUC (la monnaie touriste qui équivaut plus ou moins  à l’euro) mais 2 CUP(la monnaie locale). En sachant que 2CUC=50 CUP. Merci Monsieur !  La vendeuse me faisait donc payer 50 CUP une pizza au lieu de 2 CUP. Je lui aurais fais son chiffre d’affaires de la journée. Je lui lance donc un regard noir, elle me rend mon argent et moi, sa pizza. Je suis déjà blazée des Cubains de la Havane. J’ai donc hâte d’être dans une autre ville. Next stop : Vinales

IMG_1944

Paseo del Prado

 

IMG_1994

El Malecon

IMG_2033

IMG_2106

Une infirmière Cubaine

 

IMG_2071

Un des rares marchés Cubains que j’ai pu voir

 

IMG_2047

La plaza de la Revolucion

IMG_2059

La Plaza de la revolucion vue d’un autre angle et…

IMG_2050

…d’un autre angle

 

IMG_2119

L’Hôpital Calixto Garcia

 

IMG_2123

L’Université de la Havane

 

Jour 3

En route pour Vinales. Dès mon arrivée à Cuba, j’avais avec l’aide de mon hôte à la Havane, appeler une casa particulare à Vinales afin de réserver une chambre. J’avais rappelé la veille de mon départ pour confirmer la chambre et le fait que cet hôte viendrait me chercher à la gare de bus avec mon nom affiché sur une feuille.

(Par ailleurs, mon hôte de la Havane avait réservé un taxi pour m’accompagner à la gare ; le même taxi qui m’avait récupéré à l’aéroport à mon arrivée. Par la suite, je vais découvrir qu’ils s’étaient associées pour m’arnaquer sur les prix des différentes courses).

Après 4h30 de route en bus avec un arrêt en cours de route pour se rafraîchir, j’arrive donc à la gare routière de Vinales.  Je regarde, toutes les pancartes de noms, je ne vois rien qui ressemble au mien. Alors, je comprends que je dois retrouver la maison toute seule. J’ai dû perdre 1h 30 à chercher la maison entre ceux qui donnent de fausses directions et d’autres qui se font passer pour l’hôte que je recherche pour me faire dormir dans leur propre casa particulare.

Je retrouve enfin la maison d’hôte et là, la propriétaire me dit que tout est occupé. Je lui demande si elle rigole vue tout le processus de réservation et de confirmation et de reconfirmation jusque la nuit dernière. Me voici, obligée de chercher un endroit où dormir. Dans ma recherche, je rencontre une dame qui est dans le même cas que moi et nous finissons par trouver une casa particulare. Ouf !

La famille très accueillante, nous demande si nous avons faim car ils ont fini de déjeuner mais ils ont quelques restes qu’ils veulent bien partager avec nous. On accepte avec joie le reste de riz et de haricots verts et après le déjeuner, place à la découverte des plantations et fabriques de tabac et cigares à cheval.

20160803_080127

Comptoir d’achat du billet de bus

 

20160803_080702

Bientôt en route!

IMG_2159

Pose à mi-chemin terminé. Je suis prête pour l’aventure!

 

IMG_2183

En avant pour la fabrique de cigares après toutes les péripéties de mon arrivée

IMG_2184

IMG_2189

IMG_2204

Feuilles de tabac mises à sécher

IMG_2214

Selon le fabricant, un cigare “Cohiba” et un “Monte Cristo”

IMG_2224

IMG_2196

Laissons Monsieur cheval finir de manger avant de reprendre la route.

 

IMG_2325

 

Jour 4

Le lendemain, nous quittons Vinales. Et là, quelle ne fut pas notre surprise de voir, que la famille nous  facture l’invitation à déjeuner de la veille. Je tombe des nues. Je n’avais jamais vu cela. En Afrique, même dans les familles les plus démunies, personne ne vous facturera jamais une invitation à manger. Bien noté, on est à Cuba !

Maintenant, en route pour Trinidad en taxi partagé depuis la Havane. Les taxis partagés sont un peu plus chers mais au lieu de 6 heures de route, on en a pour 4 heures. J’opte donc pour cette option. J’ai l’agréable surprise de partagée le taxi avec un groupe de 3 filles espagnoles avec qui le courant passe bien d’entrée de jeu. En route !!!

Tout va bien jusqu’au moment où en plein milieu de l’autoroute, au milieu de nulle part, un des pneus de notre taxi crève. Inutile de préciser que le taxi n’avait pas de pneus de secours.

Nous avons dû descendre et attendre sur le bord de l’autoroute pendant 3h qu’il aille dans la ville la plus proche pour réparer le pneu. On passait des larmes aux fous rires tellement notre situation était précaire sur cette autoroute. Parties à 13h de la Havane, nous arrivons à Trinidad à 21h00.

IMG_2417

IMG_2425

On fait passer le temps en attendant “Joe le taxi”.

IMG_2428

IMG_2437

IMG_2436

La nuit est là et toujours pas de taxi. Là, on rigole moins Brrrrrr!

 

Jour 5

Entre deux visites de la charmante ville de Trinidad, nous nous posons dans une petite buvette pour nous offrir de petits cocktails tout doux. Deux d’entre nous, prennent des cocktails sans alcools et les 2 autres avec Alcool.

La facture nous est alors apportée et là, les cocktails avec ou sans alcool sont au même prix. Nous demandons donc à la buvette pourquoi cela et ils nous disent que c’est la main d’œuvre qui est facturé et pas le contenu. Je croyais jusque là que c’était l’alcool l’ingrédient le plus cher dans la plupart des cocktails.

Au restaurant plus tard, je retrouve une mouche dans mon plat. Je me plains et le serveur me dit que la mouche a dû venir de l’extérieur et tomber dans le plat car quand il apportait les plats, aucune mouche ne s’y trouvait. Haha !

On s’arrête au marché des souvenirs, et une des vendeuses me retire mes lunettes de soleil de la tête. En me proposant un collier contre mes lunettes. Je dis non, elle tire mon sac en me proposant la même chose. Non ! Ensuite, elle me demande un chewing que je n’ai pas et elle se fâche. Les chewing-gums, c’est mauvais pour le ventre, ma foi!


IMG_2506

IMG_2589

IMG_2606

IMG_2736

IMG_2745

Nous ne savions pas encore que “c’est la main d’oeuvre qui est facturée”

IMG_2769

IMG_2719

IMG_2772

Jour 6

Nous partons en randonnée dans le parc de Caburni et à l’entrée, un homme dans une petite baraque, vend des petites cacahuètes au sucre. Il nous dit que ces cacahuètes font 5 CUC soit environ 5 €uros. Même à Paris, les cacahuètes au sucre ne font pas ce prix. Nous le remercions et là tout ceci redescend à 1 CUC.

A la fin de notre randonnée, je me ravitaille en cacahuète pour avoir de l’énergie. Et au moment de me rendre la monnaie, le marchand ne me rend pas la monnaie exacte. Heureusement que je regarde que je lui demande de me rendre toute ma monnaie et là il feint de s’être trompé. A une autre des filles du groupe, il lui rend la monnaie en monnaie locale au lieu de monnaie de touriste.

J’ai vu beaucoup de belles choses à Cuba mais là au bout d’une semaine je n’en pouvais plus de la fourberie et de la malhonnêteté. Je ne peux pas justifier cela par la pauvreté car il y a la pauvreté dans d’autres endroits du monde mais je n’ai jamais expérimenté ce degré de fourberie, de malhonnêteté, de fausses relations où on attend toujours un retour de l’autre.

IMG_2888

Il nous demandait si nous voulions la porter. Oh, que Non!

IMG_2936

IMG_2971

IMG_3008

Une randonnée de 45mn commence!

 

IMG_3093

Des cochons sauvages avec une queue en tire-bouchon

 

IMG_3069

45mn de difficile randonnée pour ça! “Non, je ne regrette rien”! Mon plus beau souvenir de Cuba.

 

Jour 7

Je décide de rentrer à la Havane et de voir les options que j’ai pour quitter le pays ASAP !

Pas aussi facilement, il fallait que le taxi qui était censé  emmener une partie de notre groupe à 9h se pointe à 11h et le taxi qui m’emmenait à La havane, de 14h30 finalement arrive à 12H00 et me dit qu’il veut que l’on parte à 12h. Qui est le client, Qui est le marchand ?

Par ailleurs, il n’ y avait pas d’autres avion à La Havane-Paris avant ma date de départ prévu donc je devais rester une semaine de plus à la Havane.J’ai, grâce au contact d’une amie, pu vivre une semaine de plus à Cuba chez des expatriés pour me sentir plus en paix et essayer de me réconcilier avec Cuba.

IMG_3335

 

Pour résumer, j’ai été vraiment déçue du peuple cubain car je ne vous ait dépeint que les grandes lignes. Je vivais à chaque minute sur la défensive. Derrière chaque sourire, il  y avait un intérêt même chez les propriétaires des différentes Casas particulares ou les personnes qui vous paraissent au début tellement gentilles et intéressantes.  Le service était extrêmement médiocre et la vie très chère. La plupart des hommes cubains étaient  vraiment des charognards vis-à-vis des femmes. A chaque pas dans la rue, j’appréhendais d’entendre un sifflement ou un commentaires sur mon « culo ». La place de la femme et l’estime d’elle-même hors du regard des hommes à Cuba!

A la Havane, j’ai pu échanger avec des gens de la classe moyenne cubaine en leur expliquant ma déception et ils m’ont bien confirmé que Cuba est devenu malheureusement comme cela et même entre  Cubains, il n’y a plus aucune valeur. « Il y a 20 ans , Cuba était différent… ».

Pour ce qui concerne la médecine, une autre déception. Oui, les médecins Cubains sont bien formés mais ils gagnent 80 €/mois, c’est-à-dire beaucoup moins qu’un hôte de Casa particulare et sont donc de moins en moins motivés pour bien faire leur travail. Et ayant parlé avec une étudiante en médecine, des queues interminables sont nécessaires pour avoir accès au soin de santé. Ah j’oubliais, très peu de femmes cubaines ont accès aux protections hygiéniques lors de leur période menstruelle.

Ceci dit, il y a toujours des personnes biens et intègres même dans le pire des chaos.

Voyons donc ce que l’ouverture de Cuba sur un monde globalisé nous réservera !

IMG_2069

 

Avec Amour, Joie et détermination,

 

Aurore

 

  1. Bonjour, je suis tombée par hasard sur ton blog et ravie d’avoir pu apprendre toutes ces infos. bon il faut que je lise la partie positive maintenant car je me rends à Cuba dans 2 semaines et j’espère bien n’y voir que du positif!
    Question essentielle: parles-tu espagnol? si Non, était-ce compliqué pour toi sans?

    • TheColouredWaltz says:

      Bonjour Glad, Je te remercie d’avoir pris le temps de me lire. Je ne parlais pas un mot d’espagnol mais j’ai survécu. J’avais pu acheter un petit guide espagnol/anglais une fois sur place. Je vous conseillerais de prévoir un dictionnaire de poche français/espagnol.
      Et surtout, si vous faites attention aux petites arnaques, je pense que vous passerai un très bon séjour comme mentionné dans la partie 1.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>