Le Sommet-Russie Afrique s’est tenu il y a deux mois à Sotchi sous une agréable température de fin d’été.

Il y avait les chefs d’Etats et leur délégation venant des 54 pays d’Afrique, des organisations professionnelles africaines et de très nombreux privés (entreprises, PME & entrepreneurs africains) ainsi que russes.

J’ai été personnellement impressionnée  par le nombre de privés africains présents, leurs accomplissements sur le continent, leur désir de tisser des liens avec  d’autres partenaires internationaux hors des sentiers battus, leur vision… Et tout ceci sans l’aide de leurs gouvernements respectifs. Ce sont eux qui font une bonne partie des économies africaines  et qui assureront une économie durable de l’Afrique.

[Avant tout propos, si vous voulez mieux comprendre les relations entre la Russie et l’Afrique depuis 300 ans, je vous conseillerais de lire cet ingénieux ouvrage https://www.amazon.fr/Africa-Russia-Three-Centuries-Encounters/dp/1592213308]

Que gagne donc la Russie à faire un tel sommet  plusieurs décennies après ses dernières étroites relations avec l’Afrique ?

Selon certains, Ce sommet était pure stratégie géopolitique de la Russie  afin d’envoyer un signal puissant à l’UE, aux Etats-Unis et à la Chine : La Russie est et demeure superpuissante. Partout où l’UE, les Etats-Unis ou la Chine iront, ces dernières trouveront la grande Russie sur leur chemin. Par ailleurs, la Russie n’aurait pas réellement besoin de l’Afrique économiquement parlant. Elle est le plus grand pays du monde, elle a une superficie qui fait la moitié de l’Afrique, elle possède 20% des ressources naturelles mondiales (de l’uranium au pétrole en passant par le diamant, le fer…quasiment toutes les richesses naturelles existant sur terre). De plus, la Russie possède une industrie de pointe en perfectionnement constant…Enfin, il serait aussi question pour la Russie d’affaiblir économiquement les autres puissances mondiales notamment européennes car il est indéniable qu’une bonne partie de leur approvisionnement en matières premières stratégiques repose sur leur quasi exclusivité sur les ressources africaines.

Ceci étant, La Russie voit en l’Afrique de réelles opportunités économiques avec une croissance et une augmentation rapide de son nombre d’habitants ( de 1,3 milliard  en 2019 et estimé à 2,5 milliards en 2050). Ses nombreux chantiers entamés ou à mettre en place dans  quasiment tous les secteurs d’activités sont aussi un réservoir d’opportunités pour la Russie. Cela s’est bien matérialisé par la présence de nombreux hommes d’affaires privés et entrepreneurs russes  qui n’ont pas cessé d’établir des contacts avec leurs homologues du continent africain (Près de 500 rencontres privés à privés ont été faites). Plusieurs contrats entre la Russie et certains pays d’Afrique ont été signés notamment dans le nucléaire, les transports, la construction, l’armement, et ce tant privé que public.

Parlons du contenu de ce forum et notamment les panels qui s’y sont tenus. De ceux auxquels,  j’ai pu assister, j’en retiens trois (3) :

Le panel sur la contribution du nucléaire au développement de l’Afrique avec l’intervention du Responsable Zambien de l’Agence Nationale pour l’Energie Atomique dont le pays collabore avec la Russie afin de développer son énergie nucléaire. L’énergie nucléaire ne veut pas dire tout de suite bombe atomique mais veut surtout dire pour l’Afrique meilleure protection des produits alimentaires, amélioration du matériel et des diagnostics de santé, amélioration des transports, meilleur approvisionnement en eau, développement de la robotique et de l’intelligence artificielle… La Zambie a même ouvert un centre de formation sur le nucléaire  qui fonctionnerait depuis quelques années. Il serait peut-être judicieux pour d’autres pays d’Afrique de s’ouvrir au nucléaire afin d’accélérer leur développement.

Le Panel sur la souveraineté et la sauvegarde des valeurs traditionnelles comme éléments cruciaux de développement. Vous savez, ce panel dont la vidéo a été la plus partagée, appréciée et commentée du forum Afrique-Russie : Vidéo sur laquelle, une des panélistes,  Mme Nathalie Yamb a clairement fait état d’un sentiment d’agacement et de révoltes de l’Afrique notamment celle francophone  vis-à-vis du système de la France-Afrique (Gouvernement  et multinationales françaises surexploitant et pillant l’Afrique tout en conservant des systèmes qui maintiennent les populations africaines dans la pauvreté avec surtout la complicité des gouvernements africains). Aussi fait-elle  comprendre à la Russie que les africains n’accepteront pas non plus une nouvelle forme de colonialisme venant de ces derniers. https://www.youtube.com/watch?v=4JO2uzrUec4

Il y a aussi eu la brillante intervention de la Ministre de la défense centrafricaine, Madame  Marie Noelle Koyara que je vous laisse voir ici, qui a expliqué comment les alliances inter-ethniques avait protégé la Centrafrique de la propagation de conflits ; comment  le Ministère de la Défense centrafricain avait utilisé les valeurs traditionnelles pour faire cesser les derniers conflits socio-politiques. Elle a aussi affirmé que les conflits arrêtés ne profitant donc plus à certaines puissances étrangères, ces dernières ont essayé de financer des milices afin de déstabiliser la Centrafrique ; tout ceci en encourageant un embargo sur la livraison d’armes à l’armée centrafricaine qui de ce fait ne pouvait pas défendre son pays ; chose que l’armée centrafricaine a pu contrecarrer en s’alliant à la Russie.

Мари-Ноэль Койара|Marie Noelle Koyara

Tous ces constats de quasi absence de souveraineté et d’ingérence de forces étrangères faits notamment en Afrique francophone, quelles seraient donc les actions à mener ? Je laisse à chacun  d’entre vous la latitude de faire des propositions/actions.

Le Panel sur la contribution de la jeunesse  dans le développement: Il a été souligné que la jeunesse  des pays africains devait  s’engager beaucoup plus dans le volontariat sociale au sein de leurs propres pays et communautés respectifs sans forcément attendre la main de l’Etat ; chose que la jeunesse russe aurait compris depuis les années 2000 et qui a permis au pays de faire un grand bon vers l’avant.

Cependant, un participant a posé la question de savoir qu’est-ce que la jeunesse russe attendrait de l’Afrique. Il n’y a eu aucune réponse claire mais plutôt un constat venant du fait que la jeunesse russe connait très peu l’Afrique. Ainsi, il est nécessaire que les médias russes apprennent à connaitre l’Afrique et arrête de diffuser des images dégradantes de l’Afrique diffusé partout en Occident, si la volonté russe est réellement de créer des liens forts et égalitaires avec l’Afrique.

Qu’attends l’Afrique de ce sommet Afrique-Russie?

-Etablir de nouveaux partenariats économiques gagnant-gagnant avec transfert de technologie.

-Au niveau des institutions internationales, l’Afrique veut faire de la Russie un allié de poids qui la soutiendra dans son besoin d’autodétermination  loin de ses anciennes forces coloniales. Cependant, ‘L’Afrique ne veut pas de nouveau maître’

Comment les africains peuvent-ils bénéficier de ce sommet ? Comment vous et moi pouvons-nous bénéficier de ce sommet ?

Pour les hommes d’affaires, entrepreneures et entreprises privés africains : Les russes ont une expertise dans les secteurs de l’agriculture, de la construction, des transports, du nucléaire, des mines, de l’énergie, du digital, de la santé,  de la robotique, de l’intelligence artificielle et des télécommunications. Pour un même niveau de qualité ou voir une qualité plus pointue, les prix russes sont en générale plus accessibles que ceux d’autres endroits du monde. Pour tout besoin de contact d’affaires, veuillez contacter https://roscongress.org/en/news/

Pour les étudiants et chercheurs, la Russie a d’excellentes universités et centre de recherches  très avancés,de la science à la littérature en passant par le digital. Tous les étudiants africains que j’ai eu l’opportunité de rencontrer m’ont parlé de la qualité de leur formation. Par ailleurs, les formalités pour obtenir un visa russe ne sont pas compliquées ainsi que les papiers de séjour. Le coût annuel des études en Russie est en moyenne de 2500 € par an. L’Etat russe offre également de nombreuses bourses d’études comprenant une année intensive de formation à la langue russe (le Russe est une des 10 langues les plus parlées au monde).  Voici le premier site d’information pour quiconque voudrait  faire des études ou tout simplement une formation de quelques mois en Russie. https://studyinrussia.ru/en/

Pour les personnes évoluant dans l’Art et les sports individuels : vous n’avez qu’à voir le niveau des artistes et sportifs russes à travers le monde. Cet aspect me tient particulièrement à cœur notamment le secteur de l’art. Malheureusement, il n’y avait pas de présence forte d’acteurs du marché de l’art à ce premier forum Afrique-Russie… Je vous ferai un poste spécifique et détaillé à ce sujet car ayant connu la Russie avant ce sommet  à travers l’art et ma participation aux magnifiques bals russes.

Pour terminer, je pense sincèrement  que les Africains gagneraient à ouvrir leurs champs  des possibles à cette région du monde tout en ne répétant pas les mêmes erreurs qu’avec la France et la Chine. Quant à la Russie, celle-ci devrait œuvrer à créer un climat social de plus en plus ouvert, brisant les clichés hideux et repoussants concernant de l’Afrique et diffusés depuis des décennies à travers le monde.

Voici un lien de toutes les photos prises par les organisateurs lors de ces 2 jours de forums  http://photo.roscongress.org/en/73/albums

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>